Marc Kreydenweiss
Mise à jour :  
02 avril 2016 
 
Comment magnifier un terroir ?
   
18 septembre 2010 | Auteur : Antoine | Categorie : Les Réflexions de Marc | Retour
 
 
Lors d’une rencontre entre vignerons, notre ami Olivier Julien, grand vigneron du Languedoc exposait sa théorie à propos des achats de domaine. Il disait « il n’est pas possible de produire de grands vins si le vigneron n’habite pas sur le domaine ».
A l’époque je l’ai contre dit, mais aujourd’hui je lui donne en partie raison.
 
Sur le plan, les grandes lignes sont dirigées comme je l’ai fait pendant 7 ans avec des visites mensuelles ; la philosophie Steinerienne appliquée dans les vignes par un collaborateur engagé.
 
Mais voila, il y a des facteurs qui font constamment évoluer un vignoble ; c’est l’observation constante du lieu et des vignes, ainsi que la dégustation journalière des vins en élevage ; ce qui va engendrer des prises de décisions rapide.
C’est là que le vigneron va ajuster et donner une plus grande définition à ses vins.
Les clients amis et dégustateurs qui ont bu nos vins depuis que nous habitons aux Perrières nous en on fait la remarque.
 
Maintenant que nos vignes sont habituées à la biodynamie, elles se sont aussi habituées à notre présence et nous le rendent bien avec les qualités toujours plus élevées d’année en année.
 
Au dessus de toutes les interventions humaines palpables, il y a l’impulsion électro- magnétique donnée par l’homme à la plante. On parle souvent du jardinier qui a la main verte, pour le vigneron c’est pareil. La vigne a besoin de l’impulsion humaine pour produire des raisins avec la meilleure expression du terroir, mais aussi pour y induire sont style ; et va la transformer en énergie indispensable pour le bien-être des humains.
 
Cette énergie qui passe de l’homme à la plante est plus importante que les différents amendements apportés à la terre.
L’homme est le lien entre la plante la terre et le cosmos, oui, la terre est inséparable de son environnement cosmique.
 
« La plante donne et ce don la fait vivre » Steiner.
 
 La vigne transforme le sol et le vigneron va pouvoir magnifier le terroir. Nous sommes en plein dans le sujet. La vigne donne  au vigneron le meilleur de soi même parce qu’elle communique avec lui. C’est ce que l’on appelle l’énergie.
La vigne a besoin de l’homme et l’homme reçoit à la hauteur de son engagement vis-à-vis d’elle.
 
« Un vrai bijou » c’est exclamé Monsieur Bouchet lors de sa première visite aux Perrières. Il a capté immédiatement toutes les possibilités que nous offre ce terroir, mais aussi ce lieu.
 
Il y a plusieurs siècles les moines ont par leur travail, sélectionnés les terroirs aptes à produire les grands vins. Aujourd’hui encore, nous vignerons sommes transportés en des endroits pour effectuer un travail et démontrer que tous les grands terroirs n’ont pas encore été découverts.

Marc